Alcool : le baclofène réussit aussi aux Allemands

Medscape – Stéphanie Lavaud 10/07/2015

Athènes, Grèce – Après la France, l’Allemagne s’intéresse aussi de près au baclofène dans le sevrage alcoolique et le teste avec succès dans la dépendance à l’alcool. L’étude présentée par des chercheurs munichois au 12ème congrès mondial de psychiatrie biologique , qui s’est tenu à Athènes il y a quelques jours, retrouve, Outre-Rhin, une grande efficacité de la molécule à dose élevée dans l’aide au sevrage alcoolique, et ce, sans effets secondaires majeurs.

Les résultats sur un petit effectif de patients dépendants ont par ailleurs été publiés en avril dans European Neuropsychopharmacology [1].

En attendant BACLOVILLE
Les résultats de l’étude française BACLOVILLE (320 patients) sont annoncés pour la fin d’année, et ils vont, comme on l’imagine bien pour une molécule aussi controversée, faire parler d’eux. En attendant, le baclofène fait des émules hors de France. La molécule a été testée à haute dose, par des cliniciens allemands, comme l’avaient fait les Drs Philippe Jaury (Paris Descartes) et Renaud de Beaurepaire (Villejuif) il y a quelques années en France. Ces essais faisaient suite au témoignage et aux travaux d’Olivier Ameisen qui avait publié en 2005 dans Alcohol Alcohol un cas unique de sevrage alcoolique au baclofène à la dose de 270 mg/jour, en s’exprimant à la première personne… puisque qu’il s’agissait de lui-même [2].

Dose maximale de 270 mg/jour

La suite : Alcool : le baclofène réussit aussi aux Allemands