Alcoolisme : la jeune femme guérie du cimetière Montparnasse

JY – Nau

Lundi 22 juillet. Obsèques du promoteur du baclofène dans l’indication « maladie alcoolique ». On ne pouvait pas ne pas y revenir sur cette affaire atypique de santé publique. Choses vues.

On parle peu de guérison lors des obsèques. Blonde et jeune ; coupe au carré, pantalon, débardeur et chaussures de sport ; mâchoires volontaire. Cambrure à la Carmen, mais sans les poings sur les hanches. Et un regard comme revenu des abîmes.
Lundi 22 juillet, dans la fournaise du cimetière Montparnasse, elle est restée aux lisières du convoi, n’a pas dit un mot, n’a pas jeté le moment venu une pincée de terre sur le cercueil.
Au moyen d’un trombone accroché à son sac en bandoulière elle avait fixé un carton, un carton minuscule sur lequel on parvenait à lire, en orange et bleue « Guérie grâce à O.A. » Il est des hommages plus voyants. Il en est aussi de moins profonds.

Amoralité pharmaceutique

On traite assez rarement de santé publique lors des obsèques. Ce fut pourtant le cas lundi 22 juillet dans la fournaise du cimetière Montparnasse. Quelques-uns ont rappelé les (nombreuses) réticences confraternelles (spécialisées) à admettre qu’une nouvelle voie puisse s’entrouvrir dans la prise en charge (la guérison) de la maladie alcoolique. Ils ont souligné, sans effet de tribune, quelques-unes des incohérences majeures de cette affaire sans précédent. Pourquoi cette frilosité (pour ne pas dire plus) des institutions publiques de recherche face à un phénomène qui concerne au premier chef la recherche scientifique, la santé et la recherche médicale, la recherche clinique, hospitalière ou pas ? Ils auraient pu aller plus loin : pourquoi ce silence, cet immobilisme, cette forme d’amoralité des firmes pharmaceutiques concernées se refusant à investir un centime dans un essai clinique tout en continuant à commercialiser leur molécule-générique en acceptant qu’elle soit prescrite en dehors de ses indications officielles ? Le retour express sur investissement ? La voracité des fonds de pension ? La jungle primitive réinventée par le capitalisme ?

Alcoolisme : la jeune femme guérie du cimetière Montparnasse