Alcoolisme: le baclofène sera bientôt un médicament comme les autres

Il est aujourd’hui consommé illégalement à de très fortes doses par plus de 50.000 personnes alcooliques en France. Cette situation devrait être corrigée à compter de la rentrée de septembre.

Par Jean-Yves Nau | publié le 04/06/2013 à 15h48, mis à jour le 04/06/2013 à 19h41

Emotion chez les acteurs de la lutte contre l’alcoolisme: le Pr Dominique Maraninchi, directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a révélé lundi 3 juin que le baclofène pourrait être officiellement prescrit par les médecins français dans le traitement de cette addiction.

Cette annonce était très attendue par les deux principales associations de malades (Aubes et Baclofène Resab). Elle a été faite dans le cadre d’un colloque consacré à cette molécule organisé à l’hôpital Cochin (Paris) sous la présidence du Pr Didier Sicard, président d’honneur du Comité national d’éthique. Les organisateurs réclamaient cette mesure et avaient lancé à cette fin une pétition («Alcool, plus de cent morts par jour, ça suffit!») dénonçant la lenteur des pouvoirs publics à reconnaître la réalité: le baclofène est aujourd’hui consommé quotidiennement en France (le plus souvent à de très fortes doses) par plus de 50.000 personnes alcooliques. Or ces prescriptions (remboursées par la Sécurité sociale) se font en dehors de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de ce médicament à visée neurologique.

L’évolution des chiffres de consommation du baclofène ont été rendu publics à cette occasion par le Dr Alain Weill (de la Caisse nationale d’assurance maladie). Ils confirment ceux révélés en avril dernier par Slate.fr sur la base des données de la société Celtipharm.

Alcoolisme: le baclofène sera bientôt un médicament comme les autres