Alcoolisme : les nouveaux traitements vont-ils changer la donne ?

Medscape – Auteur : Aude Lecrubier   25 mars 2013

En France, l’alcool reste l’un des principaux problèmes de santé publique. Comme l’a rappelé une étude récente, l’alcool tue en France 134 personnes par jour, dont une majorité d’hommes et de jeunes adultes [1].

En revanche, depuis peu, rares sont les mois, voire les semaines, qui s’écoulent sans l’annonce d’une bonne nouvelle dans le domaine des traitements de l’alcoolisme.

L’actualité des médicaments de la dépendance à l’alcool est particulièrement riche et prometteuse. Après l’annonce d’une AMM européenne pour Selincro® (nalméfène), le premier traitement pris « occasionnellement » pour réduire la consommation d’alcool, et le lancement de deux essais cliniques pour le baclofène (Liorésal®, Baclofène®), une nouvelle étude sur le GHB devrait, peut-être, lui valoir une indication dans le traitement de l’alcoolodépendance d’ici 1 à 2 ans.

Les patients alcoolo-dépendants devraient donc bientôt pouvoir bénéficier d’un arsenal thérapeutique plus adapté aux besoins de chacun. Ces traitements médicamenteux « sur-mesure » vont-ils drastiquement changer la donne ? Et si oui, comment ? Le Pr Bernard Granger, professeur de psychiatrie à l’université Paris Descartes et responsable du service psychiatrie à l’hôpital Tarnier (Paris) répond à Medscape France.

Alcoolisme : les nouveaux traitements vont-ils changer la donne ?