Alcoolisme : les ventes de Baclofène reculent. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?

Jean-Yves Nau – 26 août 2015

Bonjour

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire du baclofène : après une progression sans faille depuis cinq ans dans le traitement de la maladie alcoolique les ventes sont  en très net recul. On peut visualiser cette nouvelle donnée ici : http://ias.openhealth.fr/fr-fr/Cartes-IAS/iasbaclofene. Comment comprendre ?

Après de longs atermoiements il y avait eu, en mars 2014, une première autorisation officielle du baclofène par l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) dans le traitement de l’alcoolisme. Elle a permis aux malades d’accéder réglementairement à un traitement jusqu’alors prescrit sous le manteau. Les ventes de ce médicament bon marché avaient alors rapidement progressé. Ce n’est plus le cas. Pourquoi ?

Tendance baissière

Les données chiffrées présentées sont celles fournies par une méthode développée par la société Celtipharm (pour OpenHealth) et  l’association Olivier Ameisen. Elle prend en compte les ventes totales de baclofène en France (sous les appellations de Baclofène Zentiva et Lioresal) et une estimation des quantités consommées dans le cadre de l’indication initiale (spasticité musculaire). Le résultat est exprimé en nombre de comprimés de 10 mg achetés dans le cadre d’un traitement de l’addiction.

« De février 2010 à fin juin 2014, l’utilisation du baclofène pour le traitement de la dépendance alcoolique, tel que mesurée par l’IAS d’OpenHealth, a progressé de façon exponentielle, explique-t-on sur le site d’OpenHealth. Après le pic de début d’été, qui est observé systématiquement pour cet IAS, la croissance n’a pas repris et il semble même se dessiner l’installation d’une tendance baissière. Diminution du nombre de nouveaux entrants dans ce protocole thérapeutique ? Diminution de la dose quotidienne chez des patients ayant atteint leur objectif ? Concurrence d’autres molécules ? Des études complémentaires seraient nécessaires pour mieux comprendre ce phénomène. »

La suite : Alcoolisme : les ventes de Baclofène reculent. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?