Baclofène : le relaxant autorisé pour guérir l’alcoolisme

Le Nouvel Observateur – Anne Crignon et Marie Vaton – le 23 avril 2012

L’Afssaps vient d’émettre un avis favorable à la prescription de cette molécule.

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), a publié mardi 24 avril à 18 heures un communiqué sur le baclofène, un « vieux » médicament, connu sous le nom de Lioséral, mis en circulation en 1974 en tant que myorelaxant. L’Agence à également émis un avis prudemment favorable à la prescription de cette molécule aux patients alcoolo-dépendants.

L’autorité de santé estime en effet que « de nouvelles données observationnelles montrent des bénéfices cliniques chez certains patients ». Tout en insistant sur « une sous-notification probablement très importante des effets indésirables ». Il est donc demandé aux prescripteurs de porter une attention particulière à leurs patients sous baclofène.

Fréquemment utilisé dans le traitement des contractures musculaires d’origine cérébrale, ou survenant au cours d’affections neurologiques telles que la sclérose en plaque, il est depuis quatre ou cinq ans de plus en plus fréquemment utilisé pour guérir les patients de l’alcoolisme.

Quelque 500 médecins français, en majorité des généralistes, le prescrivent hors autorisation de mise sur le marché (AMM), c’est-à-dire pour une indication autre que celle d’origine et à des doses dépassant largement celles préconisées dans la notice. Tous attendent donc avec impatience la reconnaissance par les autorités de santé du bien-fondé de leur initiative. Le Code de santé publique autorise en effet un médecin à détourner l’usage d’un médicament s’il estime que c’est dans l’intérêt du malade.

Baclofene le relaxant autorisé pour guérir l’alcoolisme
Baclofène - Association Baclofene