Baclofène : moins de 6 000 patients sous traitement

Pourquoidocteur.fr – Par la rédaction Publié le 02.07.2015 à 17h19

Il y a plus d’un an, l’ANSM donnait son feu vert au baclofène pour les alcoolo-dépendants. Seulement 5 928 patients se sont inscrits sur le portail Internet de suivi.

Il y a près d’un an et demi, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) donnait son feu vert à la recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du myorelaxant baclofène dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance pour les patients en échec des traitements disponibles.
Mais avec seulement 5 928 malades inscrits sur le portail Internet « www.rtubaclofene.org » de suivi des patients (pour près de 5 millions de Français qui ont des problèmes avec l’alcool), d’après le dernier décompte de l’Agence, les chiffres sont loin des objectifs fixés.

L’objectif de 15 000 patients 

En effet, selon une source proche du dossier, les différents acteurs de ce portail espéraient environ 15 000 patients inscrits après 6 mois de lancement. Les chiffres des 100 000 médecins et 300 000 patients sur le portail d’ici trois ans semble donc difficile à atteindre.

Le 20 mars 2015, lors d’une conférence de presse, l’ANSM jugeait même le nombre de patients enregistrés « non satisfaisant ». « Cette proportion semble très faible au regard de l’estimation de l’ensemble des patients traités par le baclofène dans l’alcoolo-dépendance », concluait même l’Agence. Il y a en effet plus de 90 000 généralistes dans l’Hexagone qui ont très certainement dans leur patientèle des alcoolo-dépendants.

Plus en détail, l’ANSM révélait à cette occasion qu’entre le 14 mars et le 16 septembre 2014, les patients sur le portail avaient été enregistrés par 679 médecins, principalement des généralistes (45 %), des addictologues (32 %) et des psychiatres (13 %).
Les patients étaient majoritairement des hommes (70 %), âgés en moyenne de 48 ans. Parmi les patients en initiation de traitement (39 %), l’indication la plus fréquente était la réduction de la consommation d’alcool (65 % des patients). Un peu plus de la moitié (57 %) a effectué au moins une visite de suivi, et parmi ces patients, 163 ont arrêté le traitement (8 %).

L’efficacité du traitement démontrée

La suite : Baclofène : moins de 6 000 patients sous traitement