Boulimie – “Le baclofène peut aider là où la thérapie échoue”

Paris Match | Le 22 mai 2015 | Vanessa Boy-Landry

Pascal Gache, médecin addictologue à Genève, prescrit depuis 2006 du baclofène à ses patients alcooliques. Prescripteur de la première heure de cette molécule autorisée depuis 2014 dans l’alcoolisme, il compte aujourd’hui parmi ses patients sous baclofène, des femmes atteintes de troubles du comportement alimentaire.

Paris Match. Vous êtes un des pionniers de la prescription de baclofène aux patients alcooliques. Comment en êtes-vous venu à prescrire cette molécule à des patientes boulimiques ?

Dr Pascal Gache. Je suis le premier à avoir appliqué le protocole d’Olivier Ameisen, en prescrivant du baclofène* à haute dose aux alcolodépendants. Au départ, je refusais de le prescrire aux boulimiques qui me le demandaient. Il y a trois ans, une femme est venue, intelligente et très décidée, qui avait tout lu sur le baclofène. Elle m’a dit : “ Je suis boulimique vomisseuse et je voudrais que vous me prescriviez le baclofène. Je ne vous emmènerai pas en prison, mais je veux essayer.” J’ai accepté. Six semaines plus tard, à un dosage de 150 mg par jour, elle n’avait plus du tout de crise de boulimie. C’est là que j’ai commencé à m’y intéresser.

La suite : Boulimie – “Le baclofène peut aider là où la thérapie échoue”