Boulimie : promesses et dangers du baclofène

Par Stéphany Gardier – Pourquoidocteurs.fr le 14.04.2015

Habituellement la « carrière » d’un médicament débute dans un département de recherche et développement, puis vient l’étape de la synthèse, les tests, et si le « candidat » a fait ses preuves débutent les essais cliniques, avec des protocoles standardisés, rigoureux, des analyses statistiques qui doivent démontrer la sécurité, l’efficacité, et évaluer les effets secondaires de la molécule. Bref, un cheminement de plusieurs années, strictement encadré… auquel le Baclofène semble échapper, une nouvelle fois !

Autorisé, de manière « traditionnelle » depuis la fin des années 1970 pour traiter les contractures musculaires, notamment dues à la sclérose en plaques, le médicament avait défrayé la chronique en 2008, quand Olivier Ameisen, avait publié Le dernier verre, un livre témoignage dans lequel le cardiologue racontait comment le Baclofène lui avait permis de se débarrasser de son addiction à l’alcool.

En 2014, le médicament décrochait une RTU (recommandation temporaire d’utilisation) auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Un sésame, permettant aux médecins de prescrire la molécule, dans des conditions strictement encadrées, à certains de leurs patients alcoolo-dépendants en échec thérapeutique.

Et c’est à nouveau un livre qui pourrait populariser un usage détourné du baclofène, révèle ce matin Europe 1. D’ici quelques semaines c’est le témoignage d’Agnès Renaud qui sera publié. Dans Enfin libre grâce au Baclofène ! Comment j’ai mis fin à des années de boulimie l’auteure raconte comment le décontracturant, pris à haute dose, lui a permis de sortir de l’enfer des troubles du comportement alimentaire (TCA).

La suite : Boulimie : promesses et dangers du baclofène