LE BACLOFÈNE, REMÈDE CONTRE L’ALCOOLISME ? 15/04/2014

Florie Doublet le 15/04/14 –  7 à Poitiers
En mars dernier, l’Agence nationale de sécurité du médicament a donné son feu vert à une prescription temporaire du baclofène pour traiter l’alcoolisme. Dans une dizaine de villes de France, une étude est actuellement menée sur les effets de ce remède. Dont Poitiers.

Depuis la mi-mars, les médecins ont officiellement le droit de prescrire du baclofène pour traiter l’addiction à l’alcool de leurs patients. A l’origine, cette molécule soigne les pathologies liées aux muscles, telles que la sclérose en plaques. Mais dans les années 2000, le cardiologue Olivier Ameisen, alcoolo-dépendant, décide de tester sur lui-même les effets du baclofène. Les résultats s’avèrent spectaculaires… Le Dr Ameisen devient totalement indifférent à l’alcool. Cette expérience provoque rapidement un grand tapage médiatique. Plusieurs études, plus ou moins sérieuses, se succèdentpour tenter de prouver l’efficacité réelle du baclofène. La dernière en date se nomme « Bacloville ». Soixante-dix médecins généralistes de neuf régions françaises(*) y participent. Poitou-Charentes en fait partie. « L’essai a débuté en 2012 et est toujours en cours », souligne le docteur Philippe Binder, coordinateur de l’étude en Poitou-Charentes.

Trois cent vingt personnes se sont portés volontaires. La moitié reçoit un placebo, l’autre du baclofène. Ni le médecin, ni le malade ne savent qui absorbe réellement la molécule. Certains patients du docteur Binder ont déjà achevé l’expérimentation. Verdict ? « Il y en a un pour qui le résultat a été époustouflant. Et il prenait vraiment le médicament… Ceux qui étaient sous placebo ont continué à boire. » Ces premières observations ne constituent pas des preuves tangibles. Les résultats définitifs ne seront dévoilés qu’en 2015.

LE BACLOFÈNE, REMÈDE CONTRE L’ALCOOLISME ?