Le système de santé français empêche-t-il la guérison de l’alcoolisme ?

Le 16/10/2014 – Contribuables associés
Nous sommes allés à la rencontre du Docteur Renaud de Beaurepaire, spécialiste du baclofène, un médicament qui donnerait des résultats inégalés dans la lutte contre l’addiction à l’alcool.

« Les Lauriers de César »S’agit-il d’un remède-miracle digne des comprimés du professeur Tournesol dans Tintin et les Picaros, ou de la potion anti-gueule de bois d’Astérix et Obélix dans Les Lauriers de César ?

Le docteur Renaud de Beaurepaire, psychiatre, n’est pas loin de le penser. Le baclofène qu’il prescrit à ses patients alcooliques est pour lui un remède sûr à l’un des principaux problèmes de santé publique en France. Ce chef de pôle de psychiatrie au groupe hospitalier Paul-Guiraud de Villejuif (Val-de-Marne) rappelle qu’il y a 6 millions d’alcooliques en France, dont un tiers, 2 millions, sont dépendants de l’alcool. Chaque année, 70 000 personnes meurent des conséquences de l’abus d’alcool.

Pourtant, depuis 2008, les effets du baclofène dans la guérison de l’alcoolisme sont connus. Comment expliquer que six ans plus tard, sa prescription ne se soit pas généralisée ? Le docteur explique que trois puissants lobbies sont réticents à la généralisation du baclofène : l’industrie pharmaceutique, qui développe des médicaments coûteux pouvant être concurrencés par une molécule vieille de 40 ans, les distributeurs d’alcool, dont les alcooliques sont les clients les plus rentables, et les services hospitaliers consacrés à l’accompagnement des alcooliques. Ci-dessous, l’extrait de notre interview vidéo où le psychiatre explique ce phénomène :

http://www.contribuables.org/2014/10/le-systeme-de-sante-francais-empeche-t-il-la-guerison-de-lalcoolisme/