Baclofène : qu’on attende la fin de l’évaluation !

Anne Jeanblanc – Le Point.fr – Publié le 

Le Pr Bergmann rappelle que la preuve de l’efficacité du Baclofène contre l’alcoolisme n’a pas été apportée et qu’il existe des alternatives thérapeutiques.

La récente tribune signée par vingt défenseurs du Baclofène, et surtout les actions de lobbying menées depuis un certain temps en faveur de ce médicament ont incité le professeur Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l’hôpital Lariboisière, à s’exprimer sur le sujet. Ce professeur de thérapeutique, qui a été pendant plus de dix ans vice-président de la commission d’AMM (autorisation de mise sur le marché) au sein de l’agence du médicament, tient à apporter un certain nombre de précisions.

Le Point.fr : Qu’est-ce qui vous gêne dans le combat des défenseurs du Baclofène ?

Pr Bergmann: Moi qui tente d’enseigner le bon usage des médicaments, je rencontre régulièrement des personnes persuadées d’avoir trouvé la solution contre le cancer, le sida ou autre, souvent à partir d’un médicament ancien et donc peu onéreux, censé faire mieux que les traitements modernes. À chaque fois, il s’est agi de fausses bonnes nouvelles. Or l’alcoolisme, auquel personne n’est insensible, mérite des réponses sûres. Pour cela, il faut donc impérativement revenir aux fondamentaux : on commence par étudier le produit, évaluer ses effets et, si les résultats sont positifs, on lui attribue une autorisation de mise sur le marché et on le prescrit.

Baclofène : qu’on attende la fin de l’évaluation !