Décès d’Olivier Ameisen : une vie dédiée au Baclofène

Pouquoi docteur – Publié le 19 Juillet 2013

Le Pr Olivier Ameisen, qui a défendu toute sa vie l’usage du baclofène, médicament qui l’a guéri de l’alcool, est mort jeudi. Retour sur une vie dédiée à la lutte contre l’alcoolisme.

Il avait consacré sa vie à combattre l’alcoolisme ! Le Pr Olivier Ameisen, cardiologue, mais surtout figure de la lutte contre l’alcool est décédé jeudi à Paris d’une crise cardiaque. Agé de 61 ans, il était le frère de Jean-Claude Ameisen, président du Comité consultatif national d’éthique. Retour sur la vie hors du commun du père du Baclofène, un médicament qu’il présentait comme un remède miracle contre la dépendance à l’alcool.

 Un parcours exceptionnel

Pianiste hors pair dès l’âge de sept ans et bachelier en classe de seconde, l’enfant surdoué choisit de devenir cardiologue. Médecin de Matignon sous Raymond Barre, c’est à New-York, une ville qui le fascine qu’il décide d’aller exercer son métier en 1983. Son choix se portera alors sur le prestigieux New York Presbyterian Hospital pour débuter sa carrière américaine. Et, c’est à partir de là que les choses commencent à déraper. « Angoissé de nature » comme il se décrit, et en décalage constant avec ce CV qui impressionne tout le monde, l’homme commence à boire. Très vite, il tombe dans une forme sévère d’alcoolisme. Décidant de se soigner, il est dans un premier temps réfractaire à tous les traitements disponibles. Puis, arrive chez Olivier Ameisen, l’intuition selon laquelle cette maladie pourrait avoir une base neuro-biologique. Il décide dès lors de s’administrer de très fortes doses de baclofène (270mg/jour), un médicament utilisé pour soulager les spasmes musculaires. Avec ce dosage, le médecin n’a plus de compulsions irrépressibles le poussant à boire et il peut sans difficulté s’accorder quelques verres occasionnellement sans replonger dans la dépendance. Sa découverte est alors publiée par la revue Alcohol and Alcoholism, puis dans les célèbres revues JAMA, et Lancet.

Décès d’Olivier Ameisen : une vie dédiée au Baclofène