Baclofène, comment faire en pratique ? Eviter les pièges de l’AMM !

Pr Christophe LANÇON, Marseille ; Dr Véronique VOSGIEN, Lille ; Dr Hélène DONNADIEU-RIGOLE, Montpellier ; Dr Béatrice CHERRIH-PAVEC, Charleville-Mézières ; Dr Catherine THEREN-MOUDENE, Brest – LE FLYER n° 78

Depuis plus de 10 ans maintenant, les cliniciens français,comme ceux d’autres pays, utilisent le baclofène pour traiter certains de leurs patients ayant un Trouble Lié à l’Usage d’Alcool (TUA). Près de 100 000patients auraient bénéficié d’une prescription de baclofène, pas toujours dans les conditions optimales d’efficacité, et dans un brouhaha médico-médiatique, peu propice à des prises en soin sereines.

Une poignée de médecins d’abord, souvent généralistes, peu à peu rejoints par la majorité des alcoologues, addictologues et psychiatres ont initié des traitements avec cette molécule. Aujourd’hui, peu de voix s’élèvent contre l’utilisation de baclofène. Seuls certains, avec des expériences peu documentées ou des prescriptions loin des bonnes pratiques.

Si globalement le sentiment est que ce médicament parait au moins aussi efficace que les autres médicaments de l’alcoolo-dépendance, certaines questions restent ouvertes et notamment celle de la posologie.

La mise sur le marché de Baclocur© avec une posologie limitée à 80 mg/jour relance le débat sur ce sujet, presque aussi ancien que l’utilisation de cette molécule dans les TUA et, plus généralement celle des agonistes (méthadone, buprénorphine, substitut nicotiniques) dans le traitement des addictions.

D’autres questions se posent au regard de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et nombreux sont ceux qui se demandent si cette AMM ne va pas conduire à discréditer ce traitement auprès de nombreux patients.

La posologie limitée à 80 mg/jour

L’annonce de l’octroi d’une AMM pour Baclocur©, à une posologie plafonnée à 80 mg/jour, sur la base de l’étude CNAM-Inserm-ANSM, a jeté un froid, notamment auprès des cliniciens utilisateurs. Ils constatent que, pour une majorité de leurs patients, le recours à une posologie supérieure à ce seuil, fixé arbitrairement, est souvent nécessaire. Même si d’autres peuvent répondre à une posologie quotidienne inférieure ou égale à 80 mg.

Fixé arbitrairement, car l’étude CNAM-Inserm-ANSM a collecté des données de remboursement, couvrant une période où la pratique du baclofène était balbutiante, 2009 à 2015, surtout en début de période. https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Communiques-Communiques-Points-presse/Resultats-de-letude-sur-les-usages-et-la-securite-du-baclofene-en-France-entre-2009-et-2015-Communique

Par ailleurs, s’agissant de données de remboursement sans aucune information clinique, il ne peut y avoirde réelle imputabilité avec les évènements mesurés (hospitalisations, décès, intoxications…). Au mieux une co-occurrence …

Lire la suite : Baclofène, éviter les pièges de l’AMM !