RTU du baclofène sans cesse repoussée : où se situe le blocage ?

Aude Lecrubier – 27 février 2014

Paris, France—Annoncée d’abord pour l’été 2013, puis l’automne 2013, et janvier 2014, la Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) qui devrait permettre de prescrire le baclofène dans le sevrage alcoolique en toute légalité se fait attendre.

Il y a quelques jours, le Figaro annonçait son obtention en mars mais, les experts restent sceptiques.

«  La RTU approche… mais est repoussée de mois en mois. On parle maintenant de mars, mais l’expérience nous a appris à être prudents », commente le Pr Bernard Granger, professeur de psychiatrie à l’université Paris Descartes et responsable du service psychiatrie à l’hôpital Tarnier (Paris).

Une tribune diffusée ce jour et co-signée par une vingtaine de médecins dont le Pr Granger, proteste contre les lenteurs du processus d’obtention de la RTU. Associations de patients et les médecins s’impatientent [1].

Mais, qu’est-ce qui freine ?

« C’est la première fois que cette procédure est appliquée. Nous essuyons les plâtres à la fois à la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) et à l’ANSM. Sans parler de points controversés de la RTU sur la dose maximale et de l’exclusion ou non des malades mentaux « graves » », explique le Pr Granger.

RTU du baclofène sans cesse repoussée : où se situe le blocage ?